Cornucopiae The Independent Dance

Infos
Franšais

Le projet Pacifique Sud

2011 - 2012 - 2013
1. EKE-ENY à Lifou - Drehu (Temps de transmission, de recherche et de création chorégraphique et musicale)
2. nouvelle DANSEUSE aveugle - nDa - juin 2011 – Festival d’Uzès
3. D’autres IN SITU en Nouvelle-Zélande, Japon et Australie

Durant le mois de mai 2010, l’équipe de Cornucopiae, au travers d’IN SITU À DREHU, a rencontré et travaillé avec un petit groupe d’artistes danseurs et musiciens du Wetr à Lifou - Îles Loyauté. Cette rencontre a donné lieu à une esquisse chorégraphique EKE-ENY (les 4 vents) et à un film retraçant les différentes étapes du travail.

 


1. EKE-ENY à Lifou - Drehu et dans la Province Nord

Temps de transmission, de recherche et de création chorégraphique avec de jeunes artistes calédoniens et en association avec Moïse Kuiesine, chorégraphe, danseur, musicien, référent du projet au côté de Régine Chopinot. EKE-ENY est le résultat enthousiaste et inattendu d’IN SITU À DREHU, lorsque le désir est réciproque et qu’il s’appuie sur une expérimentation exigeante de part et d’autre.
À raison de 2 sessions par an, l’objectif est d’approfondir EKE-ENY et de constituer un groupe de 9/10 danseurs en tout, incluant les 4 danseurs ayant participé à la première session du mois de mai. À savoir, Sarah Huzue, Marc Thimana, Keving Maho et Hnailolo Lalie avec qui nous avons construit une première base commune. Les nouveaux danseurs viendront des îles Loyauté et de la Province Nord.
L’idéal serait, que, petit à petit, nous puissions avancer et préciser la trame d’EKE-ENY afin d’avoir une pièce suffisamment aboutie pour avoir envie de la montrer et de la diffuser ici et là-bas, ici et en Asie, ici et partout. Il faudra prévoir une dernière session plus longue (2/3 semaines) pour finaliser les différents versants du travail pour les « lumière, son, scénographie et costumes ».
L’idéal serait de continuer à travailler en extérieur à Nathalo chez Joseph et Hélène Hnamano, à Chepenehe chez Moïse Kuiesine, à Maré et dans la Province Nord..
L’idéal serait de toujours montrer à un public potentiel, qu’il soit symbolique ou réel, le résultat du travail parcouru et réalisé.
Cyril Pigeau avec Culture(s) en Chantier veille et participe activement à l’évolution et la réalisation du projet artistique de Cornucopiae en Nouvelle-Calédonie.

CALENDRIER 2011
- lundi 9 > samedi 14 mai 2011
- lundi 12 > jeudi 22 décembre 2011


CALENDRIER 2012-2013
Tournée d’EKE-ENY en Nouvelle-Calédonie et ailleurs.
Et 2 autres temps de travasil sur l’année 2012 pour arriver début 2013 à une forme chorégraphique aboutie.
2012 : 2 nouvelles sessions de travail en Nouvelle-Calédonie.
2013 : tournée au printemps en Nouvelle-Calédonie, Asie et Europe.

..........


2. NOUVELLE DANSEUSE AVEUGLE- nDa


... sur la route de l’oral et des contes Kanak, traversée sonore, geste dansé…

Une courte pièce de 25 minutes a été créée en février 2010 pour les Hivernales d’Avignon. Elle s’est construite autour du mythe de la danseuse aveugle (voir PDF à télécharger). Avec Régine Chopinot (danse), Gianni Fornet (musique), Maryse Gautier (lumière) et Nicolas Barillot (son).
Après la rencontre avec Moïse Kuiesine et la culture Kanak, le désir d’approfondir le travail sur les contes s’est vite imposé et a mené inévitablement à la rencontre avec Gilbert Téin, musicien et conteur. Suite à une invitation du Festival d’Uzès 2011 en la personne de Liliane Schaus, directrice, nous avons imaginé une variation à cette première forme courte, la nouvelle danseuse aveugle - nDa.
Avec l’aide de Charles Illouz, enseignant chercheur anthropologue et grand spécialiste des Îles-Loyauté, Doyen de l’UFR / FLLASH de La Rochelle, nous allons nous mettre en quête d’un nouveau conte issu, cette fois-ci de Lifou et donc en langue drehu.

La durée, forte de cette première trace, sera d’une heure environ. La musique sera co-signée par Gianni Fornet et Gilbert Téin. Maryse Gautier abordera tant la lumière électrique que celle naturelle du jour, intérieure et extérieure. Et Nicolas Barillot « bricolera » comme à son habitude, la plus grande technologie alliée à la disparition des objets traditionnels de sonorisation.

Le lieu : Le Jardin Médiéval d’Uzès. Car il est clair désormais, l’impact que provoque la nature du lieu sur l’ensemble de notre travail de création, pour la danse, le son, la lumière, l’équipe dans son entier mais également pour la réception du public. Nous avons choisi une salle rectangulaire de taille moyenne 15 m x 10 m, avec un beau volume, de pierres blanches, située à côté de la Tour du Roi et qui se nomme Salle des Gardes.
Tout autour, le jardin médiéval avec ses plantes odorantes. Une des caractéristiques de la culture Kanak est la connaissance et l’utilisation de nombreuses plantes tant pour se nourrir que pour se soigner. Se retrouver, pour la création de nDa, entourée de jardins est un bon signe.

LIFOU - DREHU
CALENDRIER 2010-2011
- lundi 27 > jeudi 30 décembre 2010
- lundi 3 > samedi 15 janvier 2011
- lundi 16 > vendredi 27 mai 2011 à Lifou - Drehu (2 semaines)

UZÈS
CALENDRIER 2011
- lundi 6 > jeudi 16 juin 2011 - résidence
- vendredi 17 > mardi 21 juin 2011 - représentations
En résidence et en création à Uzès - France
Coproductions et diffusion en cours


..........


3. D’AUTRES IN SITU EN NOUVELLE-ZÉLANDE, JAPON ET AUSTRALIE


IN SITU, atelier de recherche du mouvement dansé proposée par Régine Chopinot.
IN SITU peut se concevoir sur une durée minimale de 3 jours et dans sa forme idéale de 5 jours. La durée quotidienne est de 6 heures / jour. Il est ouvert à des artistes ayant une pratique régulière du corps en mouvement. En fonction de l’espace proposé, il peut accueillir 12 à 20 personnes. Chaque jour, il débute avec une « mise en corps » reliant le travail respiratoire et le mouvement (2 heures) et se poursuit par un travail d’atelier (4 heures) sur l’écoute et le dialogue en danse improvisée. Les outils et objectifs sont présentés par la chorégraphe afin de mettre en place un canevas tant rythmique que spatial. Une captation vidéo s’effectue en parallèle comme un outil à part entière du travail expérimenté mais aussi avec la finalité de réaliser un montage vidéo sorte de documentaire, témoignage de l’aventure.
Il est également envisagé de pouvoir accueillir du public à la fin de la session où une forme d’une trentaine de minutes sera présentée.
IN SITU nécessite la présence de Régine Chopinot (chorégraphe), de Gianni Fornet (musicien), de Moïse Kuiesine ou de Gilbert Kalonbat Téin (artistes Kanak référents du Projet Pacifique Sud) ainsi que de Nicolas Barillot (son) et João Garcia (image photo et vidéo).
Aujourd’hui la thématique abordée par Régine Chopinot et son équipe, au travers d’In Situ, est la recherche d’un espace commun et d’un dialogue tonique entre tradition et modernité.
Un voyage est prévu en janvier 2011 avec Régine Chopinot et l’administrateur pour mettre en place 2 nouveaux In Situ, l’un au Japon début mai 2011 et l’autre en Nouvelle-Zélande début décembre 2011. En ce qui concerne l’Australie, qui est à 2 heures d’avion de Nouméa.

AUSTRALIE
Cornucopiae a à coeur d’investiguer ce nouveau continent à la recherche de la culture aborigène, à suivre… pour 2012 …

JAPON
Pour le Japon, nous avons deux interlocuteurs privilégiés, relations construites sur la confiance et la durée. Il s’agit de Robert Lacombe, directeur de l’Institut franco-japonais de Tokyo et de Daisuke Tomita, ancien danseur-performer avec lequel Régine Chopinot a travaillé pour sa dernière chorégraphie au CCN de La Rochelle en 2008. Daisuke est également un chercheur doctorant à l’Université de Kobé, spécialiste en esthétique de la danse. Il connaît très bien le travail de Régine Chopinot et est indispensable comme interprète en vue d’une traduction pointue et sensible mais aussi comme une « garantie » intellectuelle et universitaire du projet. L’idée serait d’aller du côté des îles Ryukyu au sud du Japon pour travailler avec une ethnie qui se bat pour la reconnaissance de sa spécificité culturelle et d’organiser le travail d’atelier dans les studios du théâtre de Kanagawa à Yokohama.

NOUVELLE-ZÉLANDE
Pour la Nouvelle-Zélande, notre « guide » est Rafaël Pont qui a déjà accueilli Régine Chopinot pour un projet similaire à Managua au Nicaragua en 2004. Rafaël Pont vient d’être nommé à l’Ambassade de France en Nouvelle-Zélande à Wellington en tant que Conseiller Culturel, Scientifique et de Coopération. L’idée est toujours la même, aller au devant des danseurs et chorégraphes maoris et faire advenir un espace commun avec le travail de création de Régine Chopinot. Pour le moment, Rafaël Pont propose le Musée Te Papa – la grande institution dédiée au mariage des mondes maoris et pakeha – pour accueillir IN SITU À WELLINGTON.


..........

Un projet de Régine Chopinot
Son : Nicolas Barillot
Musique : Gianni Fornet
Lumières : Maryse Gautier
Photo et vidéo : João Garcia

 

You tube
Cornucopiae – the independent dance est conventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur et est subventionnée par le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur,
le Conseil départemental du Var, la Communauté d’Agglomération Toulon Provence Méditerranée et la Ville de Toulon. Avec le soutien de la Ville de La Valette-du-Var.